comment soigner votre persan chinchilla ?

Sommaire :
Soins préventifs réguliers

Outre le toilettage quotidien, certains soins préventifs doivent être donnés de manière régulière :

  1. Les vaccins (chez le vétérinaire) :
    En principe, lorsque vous recevez votre chaton, celui-ci aura été vacciné contre le Typhus, le Coryza et la Chlamydiose. Ces trois vaccins doivent être renouvelés chaque année.
    A trois mois, votre chat doit être vacciné contre la Leucose. Un rappel de vaccin doit lui être administré trois semaines plus tard, puis tous les ans.
    A quatre mois, si vous souhaitez emmener votre minou à l'étranger (pour participer à une expo, par exemple), vous devrez le faire vacciner contre la rage.
  2. Le traitement antipuces : ce traitement doit lui être donné tous les mois.
  3. Le traitemen anti-tiques ne doit être donné que si votre chat sort dans le jardin ou la rue.
  4. Le vermifuge doit lui être administré au moins deux fois par an.
Trousse d'urgence

Avoir un persan implique aussi d'avoir toujours sous la main, dans une petite trousse :
• un thermomètre digital
• une boîte de compresses stériles
• un antiseptique de type IsoBétadine®, ou Hexomédine®
...Attention : tous les antiseptiques ne conviennent pas au chat.
• des bandes de pansements
• une paire de ciseaux
• un médicament homéopathique pour les traumatismes et les chocs
• un calmant homéopathique en cas de stress de votre chat
... Attention : ne donnez JAMAIS de médicaments à base d'aspirine ou de paracétamol à un chat !
... Enfin, évitez les huiles essentielles : ce qui est bon pour les humains ne l'est pas pour les félins !

Signaux d'alerte

Si votre persan ne se lève plus ou cherche à s’isoler, s’il est agité, halète fortement, geint, boîte, titube, s’essouffle vite, boit davantage, vomit, tousse, crache, a la diarrhée ou du mal à éliminer, ... il montre alors un comportement qui signale son inconfort ou sa douleur et qui doit donc vous alerter.

De grâce, si vous tenez à votre animal, évitez de jouer les apprentis sorciers avec lui. Ne lui donnez jamais un médicament, une huile essentielle, un alicament ou une quelconque substance qui n'ait été approuvé par votre vétérinaire, même si ce produit soi-disant miracle vous a été conseillé par votre meilleure amie éleveuse ou par un site internet "spécial chat". Si vous saviez le nombre d'accidents qui arrivent quotidiennement à cause de leurs "conseils d'amis"...

       

Les principales maladies

Description : Prévention : Traitement :
La chlamydiose :

C'est une maladie infectieuse, due à une bactérie, la Chlamydophila felis, qui peut entraîner des troubles oculaires et/ou des troubles respiratoires. Elle est responsable d'environ 1/3 des coryza.
Symptômes : conjonctivite (inflammation de la muqueuse de l'œil), avec écoulement de larmes et paupières rouges (voire gonflées), parfois toux sèche et éternuements.

Vaccination. Antibiotiques, collyres et anti-inflammatoires.
Le coryza :

C'est une maladie du système respiratoire, très commune et contagieuse entre chats, causée par l'association de plusieurs virus (notamment l'herpès virus, qui provoque une infection du nez et des yeux, le calicivirus qui provoque de la fièvre, de la fatigue, des écoulements des yeux et du nez et des ulcères dans la bouche avec salivation et perte d'appétit et d'un réovirus qui provoque des larmoiements. Attention, néanmoins : tout rhume n'est pas synonyme de coryza.

Vaccination à l'âge de deux mois, rappel à trois mois puis tous les ans. Antibiotiques
La leucose féline (FeLV) C'est le virus de la leucémie féline, qui se traduit par une anémie (manque de globules rouges), des tumeurs malignes qui touchent les ganglions, mais aussi une multitude d'autres symptômes, qui rendent le diagnostic difficile. Cette maladie est contagieuse entre chat et mortelle mais n'est pas transmissible à l'homme. Vaccination à deux ou trois mois, rappel un mois plus tard puis tous les ans. Evitez de mettre votre persan en contact avec d'autres chats non testés Aucun traitement n'existe à ce jour. Seuls demeurent les soins palliatifs et l'euthanasie par amour pour votre félin.
La polykystose rénale (PKD) C'est une affection qui frappe surtout les persans et se traduit par la formation de kystes dans les reins et qui conduit à une insuffisance rénale parfois mortelle. 40% des chats persans en sont porteurs. Il faut donc bien distinguer un chat porteur de la PKD (avec des kystes rénaux), d’un chat malade de la PKD (qui présente une insuffisance rénale chronique). Ainsi, classiquement, la PKD n’est symptomatique que vers l’âge de 7 ans avec une fourchette allant de 2 ans à 12 ans. Cette variabilité est due au fait que les kystes grossissent de façon plus ou moins rapide en fonction de l’individu. Malheureusement, il est impossible de prévoir à l’avance si l’évolution va être rapide ou non. A terme, les chats porteurs finissent par développer une insuffisance rénale chronique. Au sein du rein atteint, l'épuration devient de plus en plus inefficace, d'où une accumulation dans le sang de déchets toxiques. Le chat s'amaigrit, son appétit devient capricieux, il souffre de troubles digestifs (vomissements, diarrhée) et d'une odeur urineuse de la cavité buccale, pour finalement présenter des troubles nerveux (coma) aboutissant à la mort. Cette maladie n'est pas transmissible à l'homme. Cette maladie est héréditaire à transmission autosomique dominante : il suffit qu'un seul des parents soit atteint pour que les chatons le soient également. Lors de l'achat d'un chaton, il suffit donc de demander les tests génétiques des deux parents. Au mieux, une alimentation adaptée, disponible chez les vétérinaires, permet d'accroître l'espérance de vie du chat en évitant de surcharger les reins. Les traitements médicaux interviennent principalement en cas de crise aiguë ou d'aggravation subite, et ne font qu’aider le chat à passer ce cap.
Le sida du chat (FIV) Le Virus de l'Immunodéficience Féline est responsable d'une immunodéficience qui rend le chat vulnérable aux infections. Cette maladie est équivalente au sida de l'Homme, mais il n'y a aucun risque de transmission du chat à l'homme car les virus sont différents. Ce virus se transmet entre chats par la salive (morsures, contact), par voie sanguine ou sexuelle. Les symptômes sont similaires à ceux de la FIV. Eviter de mettre votre persan en contact avec d'autres chats non testés Aucun traitement n'existe à ce jour. Seuls demeurent les soins palliatifs et l'euthanasie par amour pour votre félin.

Les puces :

Pour vérifier la présence de puces, brossez votre persan soigneusement avec un peigne large puis un autre très étroit. Si vous trouvez des petits points noirs sur le peigne ou le poil, ce sont des crottes de puces qui témoignent de la présence d'une puce sur le chat.. Sachez que :

  1. les puces sont transmissibles à l'homme
  2. elles sont capables de survivre plus d'un an sans boire une goutte de sang.
  3. elles puisent le sang en piquant, occasionnant sur la peau de petites marques rouge que le chat gratte et mordille, problème mineur et passager, excepté si l'infestation est très massive : pompé de son sang, épuisé par le grattage, l'animal peut se retrouver dans un état très grave.
  4. En piquant, la puce sécrète un anticoagulant à l'origine d'une maladie ; la pulliculose anergisante. 
  5. Enfin les puces ont un rôle dans la transmission du ténia qui utilise la puce comme hôte intermédiaire.  
Tous les mois en été, tous les trois mois en hiver, mettez le contenu d'une pipette anti-puces sur la nuque et entre les deux omoplates de votre persan.

Le traitement du chat et son environnement : Pour l'animal, un shampooing anti-puce, suivi d'un traitement anti-puces ET anti-larves sous forme de pipettes (voir votre vétérinaire).

Dans la maison, traitement anti-parasitaire des couvertures, coussins, tapis et fauteuils et désinfection des sols et des murs. 

La teigne :

Cette maladie, due à un champignon extrêment volatile, est transmissible à l'homme.
Chez l'animal, on observe classiquement une ou plusieurs zones dépilées arrondies, parfois ovales, de un à quatre centimètres de diamètre, de préférence sur la tête, les oreilles, le pourtour des yeux et du museau et les extrémités. Parfois la peau devient épaisse, et prend un aspect croûteux.
Chez les humains, cette maladie se traduit par une perte de cheveux ou des lésions cutanées appelées "roues de Sainte Catherine" particulièrement inesthétiques.

Lors de l'acquisition d'un chaton suspecté de teigne, imposez-lui une quarantaine et faites-le le plus tôt possible examiner par un vétérinaire. Traitement de minimum six semaines, par voie buccale conjointement à des applications cutanées et désinfection des locaux.
Le typhus Aussi appelé la Panleucopénie féline, cette maladie infectieuse, due à un parvovirus, est mortelle dans 50% à 90% des cas. Elle se caractérise par une gastro-entérite accompagnée d'un état de profond abattement et d'une diminution de tous les leucocytes (panleucopénie). Cette maladie n'est pas transmissible à l'homme Vaccination à deux mois, rappel un mois plus tard puis tous les ans Réhydratation (perfusions), anti-vomitifs et anti-diarrhéiques, antibiotiques... . Le meilleur traitement reste la prévention par vaccination

Les vers :

Ventre ballonné, tendance aux diarrhées, mauvais appétit, un poil sec et piqué, des boutons sur le ventre, un amaigrissement ou un retard de croissance malgré un bon appétit peuvent faire suspecter la présence de vers chez votre persan. Même chose si vous apercevez une section de ver blanc sur ses poils près des fesses ou si votre persan s'amaigrit alors qu'il a bon appétit. Il existe deux types de vers:

  1. Les vers ronds : soit des ascaris (vers blancs ressemblant à des spaghettis, transmissibles à l'homme), soit des ankylostomes, petits vers dans les selles qui agressent la paroi de l'intestin.
  2. les vers plats : principalement le ténia ou ver solitaire ((Dipylidium caninum), transmissible à l'homme. Il peut mesurer jusqu'à 80 cm. Les segments -ou anneaux- qui renferment des oeufs sont éliminés dans les selles: ils ressemblent à des grains de riz.
    Attention : Les puces sont souvent porteuses de larves de ténia. Lorsque le chat se toilette pour chasser les puces qui le démangent, il se contamine en les avalant.

Vermifugez votre persan régulièrement : tous les mois jusqu'à ce qu'il soit âgé de six mois, puis deux fois par an.

Demandez conseil à votre vétérinaire.
Il peut arriver que vous deviez donner une pilule à votre chat. Voici quelques conseils :

Si vous avez du mal à ouvrir la bouche du chat, passer une main derrière la tête du chat et ouvrez sa bouche du bout des doigts. Mettez la pilule bien au fond de sa gorge. Il ne vous mordra pas car il ne peut pas fermer sa bouche avec votre index et pouce enfoncé dedans ! 

Retirez vos doigts et fermez vite sa bouche pour que la pilule reste au fond, et ne le laissez pas baisser sa tête jusqu'à ce qu'il avale.Attendez bien que votre chat se lèche le nez pour le libérer : en effet, c'est le signe qu'il a avalé son médicament, et donc qu'il ne va pas le recracher quelques minutes plus tard à votre insu. Pour l'aider, massez-lui doucement le cou ou encore, humidifiez sa truffe avec un coton imbibé d'eau. Si cela ne suffit pas, faites-lui boire quelques gouttes d'eau à la seringue. N'oubliez pas de le récompenser avec une caresse et une friandise pour chat qui lui fera définitivement... avaler la pilule.

page précédente    
page suivante